L'analyse chimique de pesticides: Préparation des échantillons

Pesticides

L'analyse chimique de pesticides - Un élément-clé dans le contrôle de la qualité alimentaire

Il s'agit, pour les pesticides, de produits phytosanitaires et de protection contre les nuisibles. Ils sont utilisés pour la culture agricole ou après la récolte sous la forme, notamment, d'insecticides, d'herbicides ou de fongicides, dans le but de protéger les plantations et la récolte contre les nuisibles, les mauvaises herbes et les moisissures et, d'une manière générale, contre leur altération.

En Suisse, les teneurs maximales en pesticides sont réglementées par l'ordonnance du DFI sur les substances étrangères et les composants dans les denrées alimentaires (OSEC). En fonction de la catégorie du produit et du pesticide, il existe des valeurs limites spécifiques à la Suisse, ou bien il est fait référence à l'ordonnance européenne n° 396/2005, dont les valeurs maximales en Suisse y sont considérées comme des valeurs de tolérance.

Certains pesticides ne sont autorisés dans certaines denrées alimentaires par la législation suisse qu'en quantités inoffensives et techniquement inévitables. Afin de garantir la sécurité des aliments, les dispositions légales spécifiques aux différents produits doivent être respectées. Une expertise et un conseil compétent en la matière sont, à cet égard, indispensables.

Vous êtes à la recherche d'un laboratoire de services suisse homologué pour le contrôle de la sécurité de vos produits ? Vous souhaitez savoir si la teneur en résidus de pesticides de vos produits leur permet d'être commercialisés ?

Grâce aux techniques modernes GC/MS-MS et LC/MS-MS, nous sommes à même d'effectuer l'analyse de vos produits et de rechercher plus de 400 produits phytosanitaires différents, avec rapidité, compétence et fiabilité. Une analyse de recherche de produits phytosanitaires particuliers est également possible.

 

Nous vous conseillerons avec plaisir.

Lisez ce qui suit pour savoir quels sont les points qui vous concernent, ou bien contactez-nous.


Qu'entend-on par pesticides ?

L'utilisation de pesticides peut protéger la récolte des nuisibles
L'utilisation de pesticides peut protéger la récolte des nuisibles

On dénombre actuellement quelque 1400 substances chimiques appartenant au groupe des pesticides. Ceux-ci peuvent être répartis selon leur usage ou bien selon leur classification chimique.

On distingue, au niveau chimique, les substances polaires des substances apolaires. Leur structure a un impact direct sur leur temps d'élimination (ou plutôt leur temps de séjour) dans l'environnement et donc aussi sur leurs possibles voies et intensités d'accumulation dans la chaîne alimentaire. Pour l'industrie agro-alimentaire, les pesticides organochlorés, les pesticides organophosphorés, les pyréthroïdes de synthèse, les pesticides azotés, les phénylurées, les carbamates et diverses substances spécifiques, jouent un rôle prépondérant.

Dans la pratique, on préfère parler, dans ce cas, d'herbicides, d'insecticides, de fongicides, d'acaricides, de régulateurs de croissance, de traitements antiparasitaires de protection des récoltes, de synergistes et de désinfectants de semences.

Quelles sont les raisons qui expliquent le recours aux pesticides ?

Les pesticides sont principalement utilisés en tant que produits phytosanitaires et insecticides. Une protection durable des plantes en est l'objectif premier. L'action consistant à supprimer les pertes de rendement de la production agricole, qui seraient causées par divers parasites, micro-organismes et mauvaises herbes, est une science naturelle appliquée qui contribue à garantir l'approvisionnement alimentaire. Dans le même temps, le recours à des substances actives phytosanitaires permet également de réduire d'autres risques pour la santé, comme celui de la contamination des aliments par les mycotoxines.

La problématique de la présence de résidus de pesticides dans la chaîne alimentaire

L'objectif consiste à réduire les résidus de pesticides, mais le recours à des « cocktails d'agents actifs » est souvent nécessaire afin de pouvoir protéger les produits dans leur ensemble.
L'objectif consiste à réduire les résidus de pesticides, mais le recours à des « cocktails d'agents actifs » est souvent nécessaire afin de pouvoir protéger les produits dans leur ensemble.

Les pesticides présentent, d'une manière générale, une toxicité aigüe et chronique. Ils sont en partie accumulés par l'organisme humain et peuvent, de ce fait, être nuisibles pour la santé. L'industrie agro-alimentaire s'efforce d'appliquer le principe de base : « Autant que nécessaire mais aussi peu que possible ».
Une réduction de ces résidus est demandée afin de réduire les risques de santé qu'ils entraînent.

Ce principe est, dans la pratique, difficile à mettre en œuvre. Les différents pesticides présentant une sélectivité élevée, il est nécessaire d'utiliser ce qu'on appelle des « cocktails de substances actives » pour un grand nombre de groupes de produits afin de protéger ces derniers de façon globale contre différents types d'agressions pouvant se produire de façon simultanée.

Se pose alors le problème, pour le consommateur, de la persistance de trop grandes quantités de ces agents actifs - ou de concentrations de nombreuses substances actives différentes - dans ces produits au moment de leur consommation. Ceci est le cas lorsqu'une substance active ne parvient pas à être éliminée suffisamment rapidement par la plante, ou lorsque le processus de nettoyage des produits bruts n'est pas suffisant pour l'évacuer.

L'industrie agro-alimentaire en a pleinement conscience et c'est pourquoi, notamment dans le commerce de détail, des standards internes renforcés ont été mis en place, en collaboration avec les producteurs et les fabricants de produits, afin de protéger le consommateur. Les laboratoires UFAG ont pour tâche de soutenir les efforts réalisés par l'industrie et sont en mesure de les accompagner par le bénéfice de leur compétence. L'excellence d'une expertise se constate non seulement par l'utilisation de méthodes et d'équipements scientifiques et techniques modernes, mais aussi par des évaluations de résultats d'analyses fiables et compétentes, conformément à la réglementation légale actuellement en vigueur et à un savoir-faire technique.

Sécurité alimentaire : Directives légales

Une contamination ou une dégradation de la qualité d'un produit est avérée lorsque le seuil de tolérance de la denrée alimentaire a été dépassé. Si, en revanche, la valeur limite a été dépassée, la denrée alimentaire est considérée comme impropre à la consommation humaine et ne doit donc pas circuler librement.

Ceci est réglementé par l'ordonnance du DFI sur les substances étrangères et les composants dans les denrées alimentaires (OSEC), dans laquelle on peut trouver les valeurs de tolérance et valeurs limites utilisées pour l'évaluation des produits en fonction des différentes denrées alimentaires. Il est, à cet égard, souvent fait référence à l'ordonnance européenne n° 396/2005, dont les valeurs maximales en Suisse y sont considérées comme des valeurs de tolérance. En principe, on effectue le dosage de chaque matériau spécifiquement selon le produit lors de l'évaluation de la teneur en pesticides.

Les valeurs de tolérance et les valeurs limites ont été déterminées sur la base d'évaluations scientifiques des risques, basées sur des concepts harmonisés au niveau international. Il a été possible d'évaluer les risques toxicologiques à partir des résultats d'études animales complètes, qu'on a ensuite traduits par une valeur appelée ADI (acceptable daily intake) ou ARfD (acute reference dose). L'ADI est une valeur de référence pour la concentration pouvant être considérée comme nocive sur une longue période d'ingestion. L'ARfD, en revanche, détermine la concentration à ne pas dépasser dans l'absolu, en dehors de toute considération de temps ou de durée.

Sources de contamination indirectes

Les contaminations croisées engendrées par les pesticides sont possibles lorsque les pesticides utilisés sont transmis aux champs voisins.
Les contaminations croisées engendrées par les pesticides sont possibles lorsque les pesticides utilisés sont transmis aux champs voisins.

Le producteur ou le distributeur est parfois amené à se demander comment certains pesticides spécifiques peuvent se trouver dans son produit alors qu'il ne les utilise pas dans ses processus.

Les sources de contamination indirectes suivantes peuvent être envisagées.

  • par le biais de produits d'origine animale, issus d'animaux nourris par un fourrage contaminé par des pesticides.
  • Les composés d'ammonium quaternaire (QAV), par le biais de produits de désinfection utilisés pour le nettoyage des équipements qui les transmettent aux fruits et légumes frais. Ainsi que pour les produits laitiers, pour lesquels la contamination peut s'effectuer directement par le lait lui-même (lors de la désinfection des trayons, par exemple).
  • Le glyphosate, qui s'accumule dans le sol et qui est prélevé par différentes plantes durant leur croissance.
  • Le perchlorate issu d'engrais organiques
  • Contaminations croisées entre pesticides utilisés dans les champs voisins
  • Contaminations croisées durant le transport

Quels sont les défis à relever par l'analyse chimique des pesticides ?

La mondialisation du marché alimentaire impose aux procédures de contrôle des résidus de pesticides présents dans les denrées alimentaires et dans leurs produits de dégradation des défis particuliers. Ceci peut concerner des produits ayant été importés de pays qui ne sont PAS originaires de pays-membres de l'UE, puisqu'aujourd'hui, les réglementations divergent selon le pays d'origine.

Il est tout à fait possible que des pesticides n'ayant pas été autorisés en Suisse ou dans l'UE soient, malgré tout, utilisés, ou que les valeurs limites de certains pesticides autorisés soient dépassées. Et ceci concerne tout particulièrement les agrumes, fruits exotiques et les produits à base de légumes.

Pour garantir la sécurité de la plus grande quantité d'aliments possible, les pesticides mentionnés dans l'ordonnance de l'OSEC et de l'UE sont analysés par le biais d'une approche multi-méthodes.

Méthodes d'analyse

La liste des pesticides connus ne cesse de s'allonger. Pour garantir la sécurité d'une denrée alimentaire, il est également important de disposer d'un large spectre de méthodes d'analyse. Les pesticides concernés doivent être couverts par un spectre de méthodes d'analyse adapté et les nouvelles substances régulièrement mises à jour.

Procédure multi-méthodes

Préparation des échantillons destinés à l'analyse chimique des pesticides
Préparation des échantillons destinés à l'analyse chimique des pesticides

De nombreux produits chimiques et pesticides peuvent être analysés par le biais de ce qu'on appelle la procédure multi-méthodes. Selon la matrice de l'échantillon, différents modes opératoires de traitement sont utilisés : comme la méthode QuEChERS pour les denrées alimentaires contenant peu de graisses (<10 %) ou la méthode DFG-S19 pour les denrées alimentaires à forte teneur en graisses ou pour les matières premières.

On utilise également les méthodes GC-MS/MS et LC-MS/MS.

Méthodes d'analyse individuelles

Pour certains composés, et surtout pour les composés hautement polaires, des méthodes d'analyse individuelles sont nécessaires. Ceux-ci requièrent des conditions d'analyses particulières et ne peuvent être mesurés par le biais d'une approche multi-méthodes. La raison à cela est d'abord liée à la méthode d'extraction, qui n'est pas compatible avec celle utilisée par le biais d'une approche multi-méthodes, ou à la détection (une durée de mesure plus longue, par exemple, ou d'autres conditions chromatographiques).

Paramètres de contrôle entrant dans le cadre des différents procédés d'analyse

Lien Utilisation Denrées alimentaires
Bromure Insecticide Salades, tomates, poivrons, céréales
Bromure de méthyle Traitements antiparasitaires des récoltes Céréales
Phosphure d'hydrogène (phosphine) Traitements antiparasitaires des récoltes Céréales
Chlorure de chlorméquat/de mépiquat Régulateur de croissance Céréales, tomates, carottes, vin
Dithiocarbamates Fongicides Fruits, légumes, céréales
Ethéphon Régulateur de croissance Pommes, céréales, agrumes
DDAC, BAC Composés d'ammonium quaternaire (agents tensioactifs / désinfectants) Bananes, mangues, agrumes
Glyphosate Herbicide Céréales
Oxyde de fenbutatine Acaricide Pommes, tomates, céréales, agrumes

 

 

Exemples issus de l'ordonnance UE n° 788/2012

 

Exigences spécifiques aux différentes matrices concernant la chimie analytique des pesticides : Comme dans les aliments pour bébés

L'ordonnance suisse concernant les substances étrangères et les composants (OSEC) ainsi que son équivalent européen, la directive de la Commission 2003/13/EC, a fixé, en matière de pesticides, des valeurs limites et des valeurs de tolérance très bas se situant dans une plage de 0,003 - 0,010 mg/kg dans le but de protéger les nourrissons et les enfants en bas âge. Le respect et la surveillance de ces limites maximales concernant les matières premières et les produits finis s'avèrent difficile. Ici aussi, seul le recours aux méthodes d'analyse les plus modernes permet d'obtenir la sensibilité de détection et la sécurité des résultats nécessaires. Les systèmes LC-MS/MS et GC-MS/MS garantissent une détection sélective des substances ainsi que leur quantification. L'analyse chimique des pesticides dans les produits bio requiert, elle aussi, des exigences spécifiques quant aux seuils de détermination des paramètres testés. D'autres produits et denrées alimentaires nécessitent également différentes méthodes d'analyse (comme pour les graisses et les huiles). Nous sommes à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Pour des résultats d'analyses fiables : Remarque concernant le prélèvement d'échantillons

Echantillons destinés à l'analyse de la teneur en pesticides dans différents fruits et légumes
Echantillons destinés à l'analyse de la teneur en pesticides dans différents fruits et légumes

L'obtention de résultats fiables nécessite davantage que la simple réalisation d'analyses chimiques. Une grande importance est portée à la bonne adéquation de l'échantillonnage. Il existe, pour de nombreux produits, des directives sur la façon dont le prélèvement d'échantillons doit être effectué afin d'être parfaitement représentatif.

Le prélèvement sélectif effectué dans un seul carton ou à un seul endroit doit être notamment évité, comme c'est le cas lorsque la qualité du chargement complet d'un cargo ou d'un champ doit être contrôlée.

Une quantité d'échantillons suffisante et représentative est la condition de résultats pertinents. A cet égard, il est nécessaire de veiller à ce que les différents éléments soient analysés séparément les uns des autres. Si, par exemple, un mélange de légumes est proposé dans le commerce, l'autorisation de libre circulation ainsi que la teneur en pesticides de chaque légume devront être contrôlées. C'est la raison pour laquelle chaque marchandise doit être fournie dans une quantité suffisante (environ 1 kg, en principe).

Qui devrait faire effectuer ces contrôles ?

Les exploitations agricoles et les fabricants de denrées alimentaires font effectuer des contrôles de teneur en pesticides :

Le contrôle des denrées alimentaires produites permet de fournir une preuve au consommateur ou au négociant que les dispositions légales ont bien été respectées.

Contrôle de la teneur en pesticides effectuées par des négociants, fournisseurs ou commerces de denrées alimentaires :
Ce contrôle permet d'attester que les produits sont achetés, livrés et vendus avec un niveau de qualité constant et dans le respect des dispositions légales en la matière.


Détail de nos prestations :

Détermination de la teneur en pesticides par GC
Détermination de la teneur en pesticides par GC
  • Conseil sur la détermination de pesticides
  • Contrôle de pesticides polaires et apolaires par le biais de l'approche multi-méthodes de QuEChERS
  • Examen des produits inhibiteurs de germination
  • Recherche de la présence de régulateurs de croissance
  • Recherche de pesticides spécifiques en cas de suspicion
  • Autres prestations selon cahier des charges ou sur demande

interlocuteur

vente denrées alimentaires

Jörg Freudenberger Chimiste Diplômé d'État en Denrées Alimentaires

Tel. +41 58 434 42 00 Fax +41 58 434 42 01 service@ufag-laboratorien.ch

newsletter

S’inscrire à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter des Laboratoires UFAG!

Civilité*
* Champs obligatoires

infrastructure et méthodes

Ressources instrumentales